Le monde politique fustige la création d’une Super League de football

Douze grands clubs de football ont lancé lundi une nouvelle compétition européenne privée. Les critiques se sont multipliées suite à cette annonce, notamment chez les dirigeants politiques.

Douze des plus grands clubs de football européens – dont le Real Madrid, la Juventus Turin ou Manchester United – ont annoncé le lancement d’une nouvelle compétition, la „Super League“, qui sera dirigée par les clubs fondateurs et présidée par le patron du Real Madrid, Florentino Perez.

L’annonce intervient après que l’instance dirigeante du football européen, l’UEFA, mais aussi des dirigeants politiques ont critiqué le principe d’une ligue fermée destinée à concurrencer l’historique Ligue des champions.

La banque américaine JPMorgan a confirmé lundi qu’elle allait financer le projet, sans faire d’autres commentaires.

Dirigeants politiques fermement opposés

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré lundi qu’il ferait tout son possible pour que le projet n’aboutisse pas comme prévu. „Je ne pense pas que ce soit une bonne nouvelle pour les fans, pour le football et pour ce pays“, a-t-il déclaré lors d’une interview.

La présidence française a aussi fustigé un projet „menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif“ et la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu a dénoncé un „club VIP de quelques puissants“.

L’Elysée a par ailleurs salué le position des clubs français de refuser de participer à cette compétition.

„Un club VIP“

Le projet de „Super League“ porté par une poignée de clubs de football parmi les plus riches en Europe est contraire aux valeurs européennes de „diversité“ et d'“inclusion“, a de son côté estimé un des vice-présidents de la Commission européenne sur Twitter.

„Nous devons défendre un modèle européen de sport fondé sur des valeurs, sur la diversité et l’inclusion. Il n’est pas question de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens“ avec les fédérations nationales, a écrit ce haut responsable de l’exécutif européen, Margaritis Schinas.

Les actions grimpent en Bourse

Les actions de Manchester United et de la Juventus Turin grimpent lundi en Bourse après l’annonce de la création d’une Super League européenne de football, dont ils font partie.

L’action de la Juventus a gagné jusqu’à 10% dans les premiers échanges et prend encore 6,73% à 0,825 euro à 10h57, les investisseurs saluant un projet destiné à concurrencer la Ligue des champions et promettant une bataille féroce dans le monde du football.

Manchester United prend 5% dans de faibles volumes. Sa cotation principale est sur le New York Stock Exchange, où les transactions n’ont pas encore débuté.

Leave a Reply

%d bloggers like this: