Emmanuel Macron au chevet de Notre-Dame deux ans après l’incendie

Deux ans jour pour jour après l’incendie de Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron s’est rendu jeudi sur l’impressionnant chantier de sa reconstruction. La cathédrale doit être rendue au culte pour le 16 avril 2024, même si le chantier ne sera pas achevé à cette date.

C’est la première fois que le chef de l’Etat revient sur les lieux depuis la destruction de la toiture et de la flèche par les flammes le 15 avril 2019.

Avec un ascenseur, Emmanuel Macron est monté sur les planchers hauts de Notre-Dame, à 47 mètres de hauteur, sur une plateforme entourant le toit éventré. Il y a observé les cordistes à l’oeuvre pour sécuriser les voûtes du coeur en maçonnant les pierres instables. Cette étape est indispensable avant la mise en place de l’échafaudage de sécurisation.

Le président a souligné „l’immense travail accompli“ jusqu’ici. „C’est un message de fierté collective parce qu’on a beaucoup fait en deux ans et on a évité le pire. Alors un immense remerciement à toutes celles et ceux qui sont mobilisés par milliers“, a-t-il ajouté, soulignant que 35 entreprises participaient aux travaux.

Remerciements renouvelés

Le président a rencontré les équipes mobilisées sur cette phase de sécurisation, préalable à sa reconstruction. Il a remercié „tous ceux qui oeuvrent à sa reconstruction, mais aussi „à nouveau tous ceux qui ont permis de sauver la cathédrale des flammes, ainsi que les 340’000 donateurs du monde entier qui rendent ce chantier possible“, selon l’Elysée.

Emmanuel Macron était accompagné de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, de la maire de Paris Anne Hidalgo, du représentant spécial pour la reconstruction Jean-Louis Georgelin, de l’architecte en chef des monuments historiques Philippe Villeneuve, de Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, de Mgr Eric Aumonier, représentant le diocèse de Paris et du recteur de la cathédrale Mgr Patrick Chauvet.

Impossible de respecter le calendrier

Peu après le drame, le chef de l’Etat avait annoncé vouloir reconstruire Notre-Dame en cinq ans. Un an plus tard, dans un message vidéo, il avait renouvelé cette promesse malgré l’interruption des travaux pendant le premier confinement.

Mais le chantier ne sera pas achevé en cinq ans. En revanche le monument doit être rendu au culte pour le 16 avril 2024, jour où doit être de nouveau célébrée une première messe dans la nef, a annoncé en décembre 2020 le général Georgelin.

Quelque 833 millions d’euros (920 millions de francs) ont été recueillis pour cette restauration grâce à une collecte nationale et internationale.

Un chantier colossal de reconstruction

Deux années durant, il a fallu déblayer, nettoyer et sécuriser la cathédrale incendiée.

Les travaux de consolidation des voûtes sont encore en cours, mais les échafaudages calcinés qui enserraient l’édifice ont été retirés.

La première phase des travaux sera achevée cet été avec la pose d’un grand parapluie pour protéger les espaces ouverts.

La restauration proprement dite débutera l’hiver prochain dans l’objectif une reconstruction à l’identique.

Leave a Reply

%d bloggers like this: