Open d’Australie : le parcours du combattant pour les participants

Le patron de l’Open d’Australie se veut rassurant : oui, dit-il, Melbourne accueillera bien la première levée du Grand Chelem à partir du 8 février.

Et pourtant, la préparation du tournoi s’annonce bien compliquée pour 72 joueurs soumis à un strict confinement de deux semaines.

En cause : des cas positifs au Covid-19 de passagers sur les vols qui les ont amené en Australie.

Pour éviter toute propagation du virus, les organisateurs n’ont voulu prendre aucun risque et ont placé à l’isolement d’anciennes lauréates du tournoi, comme la Bélarusse Victoria Azarenka ou l’Allemande Aneglique Kerber.

Elles n’ont pas le droit de sortir de leur chambre d’hôtel, même pas pour s’entraîner, sous peine d’écoper d’une amende d’environ 13 000 euros, et en cas de récidive, un policier serait même envoyé pour faire le guet devant leur porte !

Une bien mauvaise publicité pour l’Open d’Australie qui devait déjà faire sans Andy Murray, testé positif au Covid-19, et sans Roger Federer, pas suffisamment remis de sa blessure au genou.

Leave a Reply

%d bloggers like this: