Marco Odermatt: „J’avais de grandes chances entre hier et aujourd’hui“

La poisse continue de s’acharner sur l’équipe de Suisse. Après la descente mercredi, c’est au tour du super-G d’être passé à la trappe jeudi. Ces deux annulations ne font pas les affaires de Marco Odermatt qui compte toujours 31 points de retard sur le Français Alexis Pinturault au général.

Dans l’aire d’arrivée, le soleil joue à faire de brèves mais belles apparitions. Mais sur le haut, c’est un brouillard bien tenace qui domine. Dans l’aire d’arrivée, la médaille de sa 2e place du super-G autour du cou, Marco Odermatt était bien sûr déçu mais conscient que la course ne pouvait avoir lieu dans ces conditions. „Les organisateurs ont tout fait pour que la course puisse avoir lieu mais la piste sur le haut était mauvaise tout comme la visibilité. Aujourd’hui, c’était impossible de lancer la course. Je suis bien sûr déçu, c’est trop dommage. J’avais de grandes chances entre hier et aujourd’hui mais c’est comme ça“.

Durant toute la saison, le Nidwaldien a passablement joué de malchance. En novembre, il avait dû renoncer au parallèle de Lech en raison d’un test positif au Covid. A Kitzbühel, la 1re des 2 descentes avait été stoppée peu avant son passage. Et enfin, à Saalbach, la 1re descente n’avait pu avoir lieu. „C’est dur mais je ne peux rien changer. Il y a eu 11 slaloms et pour moi 7 super-G ou descentes, ce n’est pas très fair-play. Il faudrait faire peut-être quelque chose pour l’année prochaine“.

Alors bien sûr, avec encore le géant à disputer samedi, le Nidwaldien peut encore prétendre au grand globe de cristal même si sa tâche s’annonce ardue. Son grand rival Alexis Pinturault aura l’avantage de s’aligner dans les 2 disciplines techniques. Marco Odermatt, lui ne sait pas encore s’il s’élancera en slalom.

Il faut dire que la dernière fois qu’il a pris un départ en slalom, c’était lors des championnats de Suisse à Meiringen en 2018. „Je ne sais pas maintenant. Je ne vais pas m’entraîner en slalom mais on verra samedi après-midi. Je vais attaquer car j’ai encore l’opportunité de gagner le classement du géant et celui du général“.

Autour de son cou, la médaille de sa 2e place au super-G brille de mille feux. Une belle récompense pour ce skieur polyvalent mais difficile à savourer en ces circonstances. „C’est bon pour moi mais aujourd’hui, je me sens un peu négatif. Mais je pense que déjà demain ou la semaine prochaine, je serai très heureux“.

Leave a Reply

%d bloggers like this: