Les voitures électriques consomment nettement moins de matières premières

Les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières que les voitures thermiques. Une étude de l’ONG européenne Transport & Environment publiée lundi montre que la dépendance de l’Europe au pétrole brut l’emporte de loin sur ses besoins en matières premières pour batteries.

Recyclage compris, une batterie de véhicule électrique utilise 30 kg de matières premières. Sur une vie, une voiture à combustibles fossiles brûle en moyenne 17’000 litres d’essence. L’écart est important, et est appelé à augmenter encore avec les progrès technologiques à venir, souligne l’étude de l’ONG européenne.

Ces dix prochaines années, la quantité de lithium nécessaire à la fabrication de ces batteries devrait en effet être considérablement réduite, de même que les quantités de cobalt et de nickel.

Une partie de ces métaux devrait en outre provenir de plus en plus du recyclage, procédé crucial pour réduire la pression sur la demande en matières premières.

Recyclage des batteries

Les voitures électriques sont donc au coeur d’une économie circulaire: la Commission européenne l’a bien compris lorsqu’elle a défini, en décembre dernier, des objectifs minimaux de recyclage de 65% du poids des batteries d’ici 2025 et de 70% d’ici 2030.

L’étude de Transport & Environnement ajoute que dans l’ensemble, les véhicules électriques sont meilleurs pour le climat, car ils consomment plus de la moitié moins d’énergie qu’une voiture à essence au cours de leur vie.

Leave a Reply

%d bloggers like this: