La Brésilienne Amanda Nunes, l’impératrice du MMA

Amanda Nunes a battu l’Australienne Megan Anderson dès le 1er round de l’UFC 259, le 6 mars 2021 à Las Vegas. À 32 ans, la Brésilienne domine outrageusement ses adversaires chez les poids coqs et plumes de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus grande ligue d’arts martiaux mixtes (MMA) au monde. Au point d’être considérée comme la plus grande combattante de l’histoire de ce sport.

Les chiffres sont éloquents. Amanda Nunes en est désormais à 21 victoires pour quatre défaites en arts martiaux mixtes, depuis ses débuts en MMA en 2008. La Brésilienne est même sur une impressionnante série de 12 succès à l’Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus prestigieuse ligue de ce sport de combat. Elle a ainsi défendu à cinq reprises sa ceinture de championne des poids coqs de l’UFC et vient de défendre celle des poids plumes pour la troisième fois, ce 6 mars 2021 à Las Vegas.

Surtout, c’est la manière avec laquelle « A Leoa » (la Lionne, son surnom) domine ses adversaires qui sidère. Samedi, celle qui mesure 1,73 m a soumis l’Australienne Megan Anderson dès le premier round et ce après avoir reçu deux coups seulement. Si elle a dû aller au bout des cinq rounds lors de ses deux précédentes sorties (contre Germaine de Randamie en décembre 2019 et Felicia Spencer en juin 2020), ses autres opposantes ont été balayées. La Kirghize Valentina Shevchenko ? Vaincue deux fois. La superstar américaine Ronda Rousey, ex-championne de judo et de catch ? Sauvée du massacre par l’arbitre au bout de 48 secondes. La Brésilienne « Cris Cyborg » ? KO au bout de 51 secondes. L’ancienne championne du monde de boxe anglaise Holly Holm ? Au tapis au bout de 4 minutes.

Elle s’entraîne avec des hommes

Amanda Nunes serait-elle en train d’écraser l’UFC et même son sport ? « Je ne vois pas qui pourrait pousser Amanda Nunes de son trône », confirme Lucie Bertaud. La Française, combattante professionnelle et vice-championne du monde amateures 2015, a fréquenté la Brésilienne au sein de l’American Top Team, prestigieuse équipe basée dans le sud-est des États-Unis. « Si elle reste constante dans sa motivation et qu’elle conserve ses qualités physiques, je ne vois pas qui peut la détrôner ».

Lucie Bertaud, qui évolue au sein du Bellator (la deuxième plus grande organisation de MMA avec le ONE FC), se souvient d’une championne hors-norme. « À l’American Top Team, Amanda Nunes ne tournait qu’avec des mecs. Nous, les filles, nous ne tournions jamais avec elle. Son gabarit est tellement imposant, elle est tellement forte, qu’aucune fille ne pouvait tourner avec elle. Sauf celles vraiment corpulentes comme Kayla Harrison, double championne olympique de judo. Et encore, même des athlètes comme elle en voyait de toutes les couleurs. »

La plus grande de tous les temps ?

Pour l’UFC, trouver des adversaires capables de faire illusion devient un sérieux souci. Il est déjà largement admis qu’elle est la meilleure combattante de MMA de tous les temps (« Greatest Women Of All Time », GWOAT). Amanda Nunes, première femme à être reine dans deux catégories différentes (« champ-champ ») à l’UFC, en vient à s’invectiver avec des hommes. En juillet dernier, c’était avec le fraîchement retraité Henry Cejudo, lui aussi sacré dans deux divisions à l’UFC. Il y a quelques semaines, le patron de l’UFC Dana White proposait que sa superstar féminine mette une raclée en boxe anglaise au très controversé et provocateur youtubeur, Jake Paul (185 cm).

Le genre de défi insolite qui ne colle pas vraiment avec la personnalité de l’intéressée, à en croire Lucie Bertaud. « C’est un soleil cette fille, lance celle qui a écrit MMA, le rêve américain. Elle n’en a pas l’air comme ça. Elle a l’air dure et agressive lorsqu’on la voit dans la cage. Mais, en réalité, humainement, c’est un soleil. Elle est toujours en train de blaguer. Elle ne se prend pas pour plus qu’elle n’est. Elle pourrait être prétentieuse, vu son niveau, mais elle ne l’est pas. »

Mariée à une autre combattante de l’UFC

Sur les réseaux sociaux, la jeune femme affiche sa passion pour le sport, les télé-réalités et sa petite famille (elle est la maman d’une petite fille). Amanda Nunes présente la singularité d’être mariée à une autre combattante… de l’UFC. Heureusement pour Nina Ansaroff, elle n’évolue pas dans la même catégorie de poids que sa redoutable épouse.

De toutes les façons, la native de Pojuca (nord-est du Brésil) ne devrait plus en avoir pour longtemps dans le monde du MMA. Après sa victoire face à Felicia Spencer, en juin dernier, elle avait déjà laissé entrevoir une possible retraite. Désormais bien payée – ses revenus pour un combat dépasse les 400 000 dollars – la Brésilienne pourrait tirer sa révérence. À moins qu’elle accorde une trilogie à Valentina Shevchenko, la seule à l’avoir mise en difficulté au cours des cinq dernières années. La Kirghize détient actuellement la ceinture des poids mouches de l’UFC…

Leave a Reply

%d bloggers like this: