En Russie, le paiement «par reconnaissance faciale» testé en supermarché

Payer ses courses au supermarché en présentant son visage à la caisse, cette scène ne relève plus de la science-fiction. Désormais, en Russie, plusieurs dizaines de supermarchés proposent ce service à ses clients. Actuellement en phase de test, le système pourrait être étendu à 3000 magasins d’ici à la fin de l’année. 

Pour payer, il suffit de s’approcher de la caisse automatique, de baisser son masque (Covid-19 oblige), et de regarder la caméra. Il faut bien sûr remplir deux conditions pour que le système fonctionne : avoir au préalable enregistré ses données biométriques auprès de la banque partenaire et avoir de l’argent sur son compte bancaire.

Payer sans contracter le Covid-19

Testé dans une cinquantaine de supermarchés de la capitale russe, le procédé équipera jusqu’à 3 000 magasins d’ici la fin 2021, selon les informations fournies par le groupe X 5, leader russe de la distribution. Pour se lancer dans l’aventure, le groupe s’est allié avec deux autres poids lourds : le groupe Visa, spécialiste du paiement virtuel, et Sberbank, premier réseau bancaire de Russie.

Cité par l’Agence France-Presse, un responsable du groupe X 5 assure que les tentatives d’usurpation d’identité sont exclues grâce à la caméra 3D qui permet de mesurer la profondeur du visage. En théorie, il sera donc impossible à un pirate du web de dérober le visage d’un client pour faire ses courses à sa place. Les concepteurs du projet se veulent rassurants et ajoutent qu’avec la pandémie de Covid-19, les clients des supermarchés sont de plus en plus demandeurs de cette technologie qui permet de payer ses courses sans aucun contact ! 

100 000 caméras à Moscou

Interrogé par le quotidien Kommersant, le directeur général de la filiale russe de Visa affirme que 70% des Russes sont aujourd’hui prêts à payer avec leurs données biométriques et avec ce système de reconnaissance faciale. En Russie, la reconnaissance faciale ne cesse de gagner du terrain, qu’il s’agisse d’un moyen de paiement, ou de surveillance.

Avec la Chine, le pays est l’un des plus « avancés » de la planète dans le secteur. À Moscou, 100 000 caméras sont équipées de la technologie de reconnaissance faciale, et il sera bientôt possible d’entrer dans le métro sans avoir à utiliser de cartes, simplement en présentant son visage. Cette utilisation massive de la reconnaissance faciale se fait au nom de la lutte contre l’insécurité, et pour rendre la vie quotidienne « plus confortable ». Mais elle ne cesse d’inquiéter les quelques associations de défense des libertés publiques qui s’interrogent sur toutes les dérives sécuritaires qu’elle pourrait entraîner. Comme souvent dans ces cas-là, il faut arbitrer entre le confort apporté par ces nouvelles technologies et les menaces qu’elles représentent en termes de liberté publiques.

Pour la chaîne de supermarché X 5 et ses partenaires en tout cas, il est clair que les consommateurs feront le choix du confort et du gain de temps. Et qu’ils accepteront de leur confier leurs données biométriques pour quelques secondes gagnées à une caisse de supermarché.

Leave a Reply

%d bloggers like this: