Beyoncé entre dans l’histoire lors de Grammy Awards très féminins

Les Grammy Awards ont permis dimanche à Beyoncé de battre le record de récompenses pour une artiste féminine. Sacrée pour le meilleur album de l’année, Taylor Swift a, elle aussi, décroché un record: devenir la première artiste à s’adjuger à trois reprises cette distinction.

La 63e cérémonie de récompenses de l’industrie américaine du disque a fait dimanche soir à Los Angeles la part belle aux artistes féminines. Outre Beyoncé et Taylor Swift, elle a vu l’artiste H.E.R être primée pour son titre „I Can’t Breathe“, alors que la jeune Billie Eilish a remporté le Grammy Award de l’enregistrement de l’année pour la deuxième année consécutive et que la rappeuse Megan Thee Stallion a été sacrée révélation de l’année.

La soirée de gala se déroulait à Los Angeles presque un an jour pour jour après les premières fermetures de salles de concert américaines sous la menace du coronavirus. Elle était entourée de strictes précautions sanitaires, sans public et avec stars masquées et gardant leurs distances. Les prestations chocs étaient cependant au rendez-vous.

Beyoncé dans l’histoire

Avec 28 Grammys au total, Beyoncé est entrée dans l’histoire des Grammy Awards en battant le record pour une artiste féminine dans la compétition et celui pour un chanteur (homme ou femme).

En solo, elle a reçu le trophée de la meilleure vidéo musicale pour „Brown Skin Girl“ et surtout été élue meilleure performance R&B pour son titre „Black Parade“, sorti dans la foulée du meurtre de George Floyd à Minneapolis et des gigantesques manifestations antiracistes de l’été 2020.

Première depuis 1999 pour Stallion

Les Grammy Awards ont aussi récompensé l’artiste H.E.R, chanson de l’année pour „I Can’t Breathe“, un hymne réclamant la fin des discriminations raciales et des brutalités policières faisant référence aux derniers mots prononcés par George Floyd et avant lui par Eric Garner, un Américain noir mort asphyxié lors de son arrestation à New York en juillet 2014.

Meghan Thee Stallion a quant à elle reçu le prestigieux Grammy de la „révélation de l’année“, la première artiste de rap à triompher dans cette catégorie depuis Lauryn Hill en 1999.

Coup double enfin pour Billie Eilish qui a raflé dimanche, avec „Everything I Wanted“, le Grammy Award de l’enregistrement de l’année pour la deuxième année consécutive. C’est un exploit pour une artiste de seulement 19 ans qui avait remporté le grand chelem l’an dernier, soit les quatre récompenses reines.

Leave a Reply

%d bloggers like this: